Dernière étape qui me mènera jusqu’au port de St-Malo, et de là, prendre la mer pour poser le pied en terre anglaise — le commencement véritable de l’aventure. Car oui, pour le voyageur, l’essence de son périple ne commence véritablement que lorsqu’il quitte sa patrie, et qu’il devient officiellement un «étranger».
C’est à partir de là, face à l’inconnu, qu’il devra trouver en lui les ressources morales et physiques pour persévérer, s’adapter et réussir son projet.

Mais à ce stade du récit, je me trouve encore dans le canapé clic-clac de mon hôte, Winston. Il est quatre heures du matin, et avoir mangé, rassemblé, vérifié et chargé mes affaires sur le vélo dans la rue, il temps de prendre le départ.

La ville de Rennes est encore muette et lourde de sommeil, et seuls les feux tricolores, indifférents à l’heure, continuent de réguler un trafic quasi-inexistant.

Je franchis les boulevards, puis le campus, pour m’éloigner de plus en plus du centre-ville. Les lampadaires s’espacent, pour complètement disparaître aux abords de la ville, me laissant m’aventurer dans la campagne obscure.

Maison Blanche, La Louvrais, puis je fais route sur la D175, qui file plein nord. Après un ultime bourg en périphérie de Rennes, ça y est, je roule grâce à ma carte et à la pâle lueur de l’aube.

Enfin, le soleil fit son apparition, peignant le paysage d’un rose doré, encore nimbé de brumes matinales. Hormis quelques pépiements d’oiseaux, pas un bruit. J’étais seul avec l’aurore. Rare moment de grâce et de paix au cours d’un voyage empli de mouvements.

Cependant, après deux heures de route, je m’aperçois que ma route s’éloigne dangereusement de l’axe St-Malo-Rennes. Considérant qu’il me restait encore 3 heures à pédaler, mais ne voulant pas risquer de perdre mon billet de ferry (+ de 100 €, sans compter des frais liés à un hébergement sur place en cas de ratage), je décide de me rabattre sur une gare SNCF, et de prendre un train régional pour arriver à St-Malo dans les temps.

Pour cela, je passe à Saint-Germain-sur-Ille. Coquet petit village, perché sur une «crête», dont je me serais bien passée, et qui m’oblige à pousser le vélo. Je dois atteindre à St Médard-sur-Ille pour la gare. En 20 minutes, c’est atteint.

Il est 9h30, et je monte dans le train. Heureusement, le vélo et les bagages sont autorisés. Si j’avais pris une remorque cycliste, cela m’aurait empêché un tel bénéfice. Je regarde le paysage matinal défiler derrière la vitre, puis je me laisse aller à une sieste opportune…

Terminus St-Malo. Je trouve l’embarcadère du ferry. Je vais donc aller tuer le temps en allant visiter la forteresse de St-Malo, bien serrée derrière ses hautes et épaisses murailles.

En parcourant les rues étroites, je me dis que la ville historique a dû être bâtie un puits de pâte à crêpe et de cidre. Les enseignes se succèdent ainsi : crêperie, brasserie, magasin de souvenirs, brasserie, crêperie, brasserie, magasin de souvenirs, brasserie, magasin, crêperie… Un hôtel ou deux ont réussi à se nicher là, ainsi qu’une pharmacie. Des égarés, sans doute.

Dix heures cinquante. Je retourne à l’embarcadère, pour attendre l’ouverture des guichets. Assis sur le banc de l’entrée, je vois les passagers peu à peu arriver. Un groupe d’hommes attire mon attention, notamment en raison de leur t-shirt qui porte le logo B2B. Mais attention, pas « Business 2 Business », mais « Bristol 2 Bordeaux », une association franco-britannique cycliste dont j’avais vu la dernière étape l’année précédente. Ce sont des cyclistes qui, une fois l’an, font le trajet du nord au sud. Je les retrouvais donc sur le chemin du retour vers Bristol.

Parmi eux, un type en particulier, Steve., me laissa ses coordonnées téléphoniques, au cas où je ne trouve rien comme hébergement à Bristol.

Mon aventure s’annonçait donc sous les meilleurs auspices ! Elle me faisait le cadeau d’une aide providentielle sur l’une de mes étapes.

Après avoir passé le poste de vérification des papiers et du billet, j’installe mon vélo dans la cale, parmi ceux d’autres cyclistes, et je monte à ma cabine. Un supplément sur le billet de base qui me permet d’avoir le silence, l’obscurité pour dormir, la douche privative, et de quoi poser mes bagages sans arrière-pensée.

En attendant l’embarquement…

La traversée va durer au moins huit heures. J’ai ainsi pu me balader sur tous les ponts, à l’extérieur comme à l’intérieur. J’essaie de me connecter à Internet, mais le réseau 4G ne capte plus. Obligé de passer par la connexion satellite du bateau, partagée entre tous les passagers…

Alors que je suis à la moitié de la traversée, je réalise soudainement que je n’avais personne chez qui aller, une fois à Portsmouth, et que vue l’heure, je n’allais pas pouvoir me lancer immédiatement dans le parcours de la première étape Portsmouth-Salisbury…

J’attends donc de retrouver du réseau 4G pour faire mes recherches et envoyer en toute hâte, et vraiment au dernier moment, des demandes à cinq personnes. Puis, le bateau atteint son quai, et il est le moment de débarquer.

Je m’engage derrière la file de voiture, qui telle une rangée de fourmi qui sort d’une boîte, va se disperser dans la nature.

Ça y est, c’est le début de l’inconnu. Nouvelle ville, nouveau pays, nouvelle signalisation routière, nouveaux réflexes à acquérir. Adaptation.
Je consulte mon téléphone, devenu subitement aussi précieux que le génie de la lampe pour Aladdin. Pas de réponse. Il est 19:15.
J’ai faim et je suis en quête d’une chambre pour la nuit.

Génie du téléphone, y a-t-il un hôtel pas trop cher dans le coin ?
Oui, un peu plus au sud, proche de la rive. J’avance, sur les indications du Génie Protecteur des Sentiers, le GPS, dans cette ville bâtie de briques rouges, peuplée de petites boutiques kitch, ou bien d’aspect miséreux.
Tout est compacté, étroit, ici.

Téléphone, est-ce que quelqu’un a répondu a mes appels ?
Non.
Zut… Il va falloir que je me résolve à payer une chambre d’hôtel.

Je trouve enfin l’hôtel. Le tenancier me fait une fleur, et donc un prix plus intéressant qu’annoncé sur sa carte. À peine installé, je repars faire des courses, puis je mange, puis je me reconnecte à nouveau pour lancer de nouvelles demandes d’hébergement pour l’étape du lendemain (Salisbury)… Et du surlendemain aussi (Bristol). J’ai bien compris la leçon.

Cette routine deviendra un rituel tout au long du voyage. Je pensais rédiger au jour le jour le journal de voyage, mais cela me prend un temps que je ne peux pas consacrer à mes hôtes, qui me font l’honneur de leur accueil.

Coup de bol, en moins d’une heure, un gars sympathique de Salisbury me répond favorablement. Il sera le seul. Je peux m’endormir sereinement. Pas le temps de faire le touriste dans la ville. Le sommeil est aussi précieux que la nourriture, et qu’un vélo en état de rouler.
Demain sera le début de la véritable aventure !

Welcome to Britain !